5 raisons de visiter le temple Wat Plai Laem à Koh Samui - Top 10 des visites (et activités)

Dernière mise à jour : nov. 1


Wat Plai Laem est pour moi le plus beau temple de Koh Samui, un must que je classe dans le TOP 10 des visites (et activités) à réaliser pendant votre séjour ou vos vacances à Koh Samui. Dans de prochains articles, je dévoilerai les autres et à terme, j'en proposerai le classement.

Dans cet article de blog, je donne 5 bonnes raisons pour lesquelles je suis touchée par ce site bouddhiste qui figure pour moi comme un haut lieu de l'architecture bouddhiste à découvrir, je partage une vidéo sur le temple Wat Plai Laem à Koh Samui, puis je décris cet ensemble architectural et son environnement, quelques notions de symbolisme, je témoigne de mon vécu lors des funérailles du défunt Roi RAMA IX, et enfin je rappelle quelques usages et règles pour la visite des temples bouddhistes.


5 raisons de visiter le temple Wat Plai Laem à Koh Samui

1 - La première raison est culturelle. Cet ensemble architectural permet une première approche du style thaïlandais (et chinois) et de la compréhension de l'organisation des différents espaces qui composent le temple.

2 - La seconde raison est forcément cultuelle. Parcourir le parc permet d'appréhender les bases du bouddhisme et d'apprécier ce lieu sacré tant pour sa sérénité que pour sa dévotion à la pratique du culte.

3 - La troisième raison est le lâcher-prise inspiré par ce lieu ressourçant, propice à la méditation, chargé de symbolisme.

4 - La quatrième raison vient du caractère bucolique apporté par l'environnement, le lac, les poissons, les lézards, les crapauds, la basse-cour...

5 - Si Wat Plai Laem inspire aussi pour ses couleurs et ses lumières, c'est un site hautement instagrammable s'il en est. Laissez aller votre créativité, de belles images à partager sur vos réseaux !



Vidéo


Je partage ici une visite guidée, un visite virtuelle en vidéo sur le temple Wat Plai Laem à Koh Samui ici





Wat Plai Laem. Temple bouddhiste à Koh Samui (Thailand) : un ensemble architectural et son environnement


Situé au nord-est de Koh Samui, à l'entrée de la péninsule de Choeng Mon (secteur résidentiel chic), près du célèbre Big Buddha, Wat Plai Laem est pour moi le temple le plus époustouflant de l'île. Chargé de symboles, de motifs et de sens incompréhensibles pour la plupart des occidentaux, ce temple bouddhiste de style thaïlandais et chinois est particulièrement coloré et inspirant : de loin, il ferait presque penser à un parc d'attraction. Il y a quelques années, des pédalos en forme de cygne permettaient de circuler sur le lac. Sans doute jugés trop ludiques pour ce lieu de culte, ils ont été supprimés.

Construit en 2004 autour et sur un lac, la décoration de ce temple a été confié à l'artiste thaï Khun Jarit Phumdonming qui a passé trois ans sur le projet en suivant les styles traditionnels, ce qui confert à ce temple cet air ancien.

C'est un lieu de culte actif, une résidence pour les moines, avec une école attenante. Je vous invite à tenir compte de ces recommandations lors de vos visites.

Les prières sont un moment de recueillement supplémentaire, le chant des moines apportant une atmosphère propre à la méditation. Voyez dans cette vidéo combien il apporte l'inspiration.


Comme souvent pour les sites bouddhistes, les entrées sont signalées par des portes qui sont elles-mêmes des architectures intéressantes. Celles de Wat Plai Laem sont de nombreuses voies d'accès, certaines viennent de faire l'objet de constructions nouvelles à découvrir en photos plus bas.


Ce temple abrite un ensemble d'architectures et de sculptures.

4 principaux espaces sont à visiter, la plupart depuis l'extérieur, à exception du temple couvert qui s'impose au centre, sur le lac qui rend ce lieu sacré encore plus bucolique, flanqué de part et d'autres de deux sculptures monumentales.


Sur la gauche, la sculpture géante de Budai affiche sa traditionnelle figure souriante -il est d'ailleurs également connu sous le surnom de « Bouddha rieur »-, son crâne chauve, ses oreilles aux lobes très longs -signe de haute spiritualité-, et son large ventre à l'air (je l'avais surnommé "Bouddha confortable" lors de mon tout premier séjour avec mon amie Floriane en Thaïlande en 2007 ; cette remarque ne manquera pas de la faire sourire). L'estomac était considéré dans la mythologie chinoise comme le siège de l'âme, et le large ventre de Budai peut être vu comme une allégorie de son grand cœur. Il serait potelé parce qu'il avalerait la souffrance des êtres sensibles. Il porte un sac de toile -budai en mandarin, duquel il a tiré son nom-, ainsi qu'un chapelet.

Quatre autres statues plus petites entourent celle de Budai : elles illustrent de puissants dieux hindous, un Brahma à quatre visages, un Siva à quatre bras avec un cobra autour du cou, un Vishnu à la peau bleue et un Indra à la peau verte, ou encore un Ganesh, le dieu éléphant. Prenez le temps d'observer toutes ces merveilles en photo, vidéo, ou lors d'un prochain séjour.


Au centre se trouve le temple principal couvert qui mérite un long moment de découverte tant son architecture comme sa décoration appellent à l'observation. On l'appelle aussi "salle d'ordination". Il semble flotter au-dessus du lac. À l'intérieur, au delà des statues de Bouddha dorées et du portrait du Roi, attardez-vous sur les peintures murales colorées qui ornent les murs, elles racontent les scènes clés de la vie de Bouddha.

La façade, le fronton, la superposition des trois toits, les murs extérieurs, orné de mosaïques, de boiseries colorées ou de petites figurines sculptées, forment un ensemble architectural unique tout autant qu'individuellement de petites scènes qui traduisent la culture bouddhiste. Attardez-vous sur la minutie des portes et volets : de magnifiques boiseries peintes ou sculptées, chacune présentant une saynète de la vie traditionnelle, symbolique ou cultuelle asiatique.


Vous l'aurez aperçue bien avant d'arriver sur le site : sur la droite, l'immense statue de Guanyin et ses 18 bras s'impose. Elle impressionne par son symbolisme et ses 15 mètres de haut. On y accède par une longue passerelle en tuiles. On l'appelle Kuan Yin ou Guanyin -celle qui écoute les plaintes du Monde-, elle est aussi connue en Thaïlande sous le nom de Chao Mae Kuan Yin. Cette déesse d'Asie de l'est est une identité d'Avalokitésvara (branche du bouddhisme). Dans les croyances bouddhistes, on dit qu'elle est dotée de compassion et de miséricorde infinies. Les traits du visage épicènes* (*sans genre affirmé), la tête couronnée, chacun de ses 18 bras contient un outil que Kuan Yin utilise pour soulager la souffrance des êtres sensibles. Sa jambe droite repose sur un siège de lotus tandis que la gauche marche sur le dos d'un dragon censé la transporter sur l'océan pour soutenir les marins naufragés. Dans la tradition bouddhiste, elle est un bodhisattva (un être éveillé). Le vœu du bodhisattva chez les bouddhistes Mahayana est d'atteindre l'illumination complète pour le bien de tous les êtres sensibles. La déesse a commencé son travail en tendant la main pour aider tous ceux qui souffraient. La légende raconte que leurs besoins étaient si grands qu'elle en eût les bras brisés. Bouddha Amithaba lui a alors donné mille bras pour qu'elle puisse aider le plus grand nombre.


La 4e construction à observer est le temple qui semble le plus ancien, qui date pourtant également de 2004, pour sa toiture remarquable : une superposition de toits et de détails architecturaux, de mosaïques des boiseries et sculptures colorées, colonnes et statues couvertes.

Dans le parc autour des statues géantes, se trouve également une autre statue de laïcs vêtus de vêtements blancs qui poussent une roue du Dharma derrière un moine. Elle symbolise l'interconnexion entre les laïcs et la communauté monastique du bouddhisme Theravada, la plus répandue en Thaïlande. En effet, à chaque temple correspond une communauté laïque qui s'investit pour l'entretien du site comme pour la célébration des rendez-vous cultuels réguliers.


En explorant le temple, vous trouverez aussi quelques crapauds lovés dans fontaine, quelques oiseaux, pigeons et autre basse-cour en liberté, et quelques aigles maintenus en cage dans des conditions discutables.

Dans l'enceinte du temple, sur le côté gauche, d'autres bâtiments sont réservés au culte (crématorium, salles,...), une empreinte du pied de Bouddha est lové au centre du parc sous les arbres.


Les Thaïlandais et touristes qui visitent Wat Plai Laem achètent des croquettes pour poissons (10 THB). C'est ainsi que d'énormes poisson-chat et quelques lézards prospèrent dans le lac, à la grande joie des petits et des grands. Considérez-cela comme une offrande, appelée "tam boon",à moins d'acheter une tuile qui sera conservée au temple, pour y écrire un message, à moins de préférer célébrer le bouddha correspondant à votre jour de naissance en lui déposant une petite pièce en formant votre vœu. En effet, un bouddha et une couleur sont associés à chaque jour de naiss